Comment trouver ses leaks ? la méthode pas à pas…

Vous ne savez pas comment détecter vos erreurs ? Et vous ne savez pas ou chercher ? Vous cherchez une solution simple et efficace pour trouver vos leaks ? Dans la suite de cet article, je vous fournis la solution…

Pour améliorer votre jeu, vous n’avez pas 36 solutions. Il faut l’analyser. Le problème c’est que c’est long, pas intéressant, et compliqué. Donc en général c’est bâclé et mal fait… Vous vous doutez certainement qu’il y a peu d’intérêt à travailler son jeu de la sorte.

 

Malheureusement je n’ai pas trouvé de solution pour que cela devienne plus intéressant…

 

Mais je vais vous présenter une trame que vous pourrez suivre et qui va vous permettre d’analyser plus rapidement et plus efficacement votre jeu. C’est le passage obligatoire pour progresser.

 

Si vous ne prenez pas de temps pour analyser votre jeu vous aller mettre 3 fois plus de temps a comprendre que vous commettez une erreur. Peut être que vous allez le remarquer uniquement sur le long terme, après avoir perdu des milliers d’euro.  Ou peut être que vous ne le remarquerai jamais. Et vous ne saurez jamais sur quoi il faut vous concentrer pour avancer et progresser.

 

Cette trame possède deux avantages :

– Si vous savez ce que vous avez à faire et que vous savez comment le faire vous allez gagner énormément en efficacité donc en temps.

– Vous allez évitez de vous perdre dans toutes les choses à analyser.

 

Cette trame va vous permettre d’étudier votre jeu sur les principales parties de votre jeu. Et la ou, en général, il y a le plus d’erreurs :

 

Voici la trame en 6 étapes et les principales statistiques a analyser :

 

1.   Statistiques générales :

PFR, VPIP, AF, 3Bet,Fold 3bet,4bet, Steal, Fold to steal, cbet, Check/Raise, W$WSF,W$SD, WTSD.

 

2.   Statistiques de positions:

– Jeu aux blinds

 

3.   Moves preflop:

Steals, Défense de blinds, 3-bet hors des blinds, 4-bet, Cold calls

 

4.   Moves postflop:

Continuation bets, Check/Raises, Floats, Barrels Multiples

 

5.   Gestion des situations:

Comment gérez-vous telle ou telle situation?

– Avec l’initiative, heads-up

– Sans l’initiative, heads-up

– Avec l’initiative, multi-way

– Sans l’initiative, multi-way, pot relancé

– Sans l’initiative, multi-way, pot Limpé

 

6.   Analyse des mains de départ:

Lesquelles vous font gagner ? Lesquelles vous font perdre de l’argent ?

 

** Mains fortes

– Gros broadways (ats+, AQ+,

kqs)

– Paires

 

** Mains moyennes

– Broadways inférieurs (AJ0, ato,

kjs, qts, kjo, kto, qjo, qto, jto)

– Connecteurs assortis (45s-qjs)

 

** Mains médiocres

– Petits as assortis (a2s-a9s)

– Connecteurs assortis à un trou

(one gapper) (46s-j9s)

– Connecteurs dépareillés (45ot9o)

– Petits as dépareillés (a2o-a9o)

 

Cette trame va vraiment vous permettre de faire une analyse efficace de votre jeu et de détecter vos erreurs ce qui est la base pour la suite de votre apprentissage. Vous pouvez aller beaucoup plus loin en prenant des notes de toutes les erreurs que vous découvrez. Cela vous permettra de savoir quoi améliorer dans votre jeu.

Cash Game Chips Convertissor : Convertissez facilement vos jetons en argent…

CashGameChipsConvertissor

Vous organisez des parties de Cash Game entre amis ? Voici l’outil qu’il vous faut pour le début et la fin de vos parties :

Les calculs pour convertir l’argent en jetons et les jetons en argent vous posent des problèmes  ? Vous ne savez pas combien de jetons vous devez donner aux joueurs en début de partie ? Et vous ne savez pas non plus quoi leur rendre quand un joueur souhaite quitter la table ?

Voici un petit outil qui va vous simplifier la vie :

Cash Game Chips Convertissor est une petite application sur Excel que j’ai créé qui permet de convertir l’argent en jetons et les jetons en argent quelque soit la limite à laquelle vous jouez de la NL2 à la NL100.

Voici comment l’utiliser :

Les valeurs de base pour toutes vos parties sont celles-ci : Small Blind : 25, Big Blind : 50, Tapis de départ : 100 Big Blind.

En début de partie, vous avez besoin de savoir combien de jetons donner en fonction du montant du Buy-In.

Par exemple :

– Vous souhaitez faire une partie de NL2, vous achetez pour 2€ de jetons : le convertisseur vous indique qu’il faut 5000 jetons, soit 100 Big Blind.

– Vous souhaitez faire une partie de NL10, vous achetez pour 15€ de jetons : le convertisseur vous indique qu’il faut 7500 jetons soit 150 Big Blind.

– Pendant votre partie de NL 10, vous avez tout perdu, et vous souhaitez racheter un Buy-In de 8€ : le convertisseur vous indique qu’il faut 4000 jetons.

 

Un joueur souhaite quitter la table et il a réalisé des gains ou des pertes : Entrez le nombre de jetons qu’il possède dans la seconde partie du tableau et la conversion en argent ce fait automatiquement. Vous savez exactement combien vaut la valeur de ces jetons en argent.

Par exemple :

– Vous avez joué en NL10, le tapis du joueur souhaitant quitter la table fait 7525 jetons, vous devez lui rendre 15.05€.

– Vous avez joué en NL100, le tapis du joueur fait 6500 jetons, vous devez lui rendre 130€.

Téléchargez-le dès maintenant :

Vous pouvez le télécharger dès maintenant et gratuitement ici : http://www.lhugo1pokerblog.com/wp-content/uploads/CashGameChipsConvertissor.xls

 

Le budget d’un joueur de poker : que faire de vos gains ?

Quand on commence à gagner un peu d’argent au poker, le premier réflexe des joueurs est de garder les gains dans leur bankroll, certains ce font plaisir en utilisant une partie des gains pour leur vie personnelle.

Ce n’est pas forcement la bonne solution et voici les trois principales raisons :

– Avant tout, vous n’êtes pas en sécurité en cas de perte de la bankroll. (broke, ou problème avec la salle de poker…).
– Ensuite, en agissant de la sorte on ne pense pas forcement à sa progression sur le long terme. (on peut gagner plus et plus efficacement en investissant dans soi-même, ou dans l’amélioration de son jeu)
– Et finalement, certains risquent de ce démotiver puisque les gains sont virtuels et ils n’en profitent jamais.

 

Vous pouvez éviter cela facilement en répartissant vos gains dans 3 différents budgets. Voici comment :

 

1 – UN BUDGET DE JEU :

Le budget de jeu c’est votre bankroll. C’est la pièce maîtresse de votre stratégie en tant que joueur de poker. 80% de vos gains doivent être réinvesti à l’intérieur.

 

2 – UN BUDGET DE SÉCURITÉ :

C’est le second budget en ordre d’importance. Si vous souhaitez durez dans le poker, le plus important est de ne pas mettre tous vos oeufs dans le même paniers. Il doit être complètement indépendant de votre bankroll, c’est-à-dire que vous ne devez pas mélanger votre bankroll et votre budget sécurité. Mettez le sur un compte séparé. Ce budget est fait pour pouvoir repartir plus facilement en cas de perte de votre bankroll. (défaillance de la salle de poker, ou gros tilt). Vous pouvez le remplir petit à petit en réinvestissant les 20% restant de vos gains. Une fois ce budget épargné vous pourrez utiliser le reste pour le prochain budget.

Par exemple, vous jouez en NL50, vous allez épargner 20% de vos gains pour atteindre le niveau d’une bankroll de NL10. ce qui vous permettra de repartir facilement. Une fois cet objectif atteint vous pourrez utiliser vos gains pour les deux budgets suivants. Si vous montez en NL100, vous devez en priorité épargnez la différence du montant de la bankroll de la NL25 et de la NL10.

 

3 – UN BUDGET D’INVESTISSEMENT :

Votre budget d’investissement est fait pour acheter des outils, du coaching, des formations, des livres etc… Vous allez investir dans vous-même, votre jeu ayant pour objectif de progresser et de vous améliorer. Ce budget peut vous permettre de rester motivé, vos gains ne sont pas que virtuels. Vous en profitez aussi en réel.

 

Cette méthode est une méthode inspirée de stratégie d’investissement financiers. Elle peut vraiment vous permettre de prévenir certains problèmes qui peuvent arriver. Vous pouvez d’ailleurs l’adapter en fonction de vos besoins en rajoutant un budget « vacances » par exemple.

Voici les 5 qualités mentales que tout joueur de poker doit dévelloper pour réussir…

 

Quels sont les points à travailler pour devenir meilleur ?

Quelles qualités devez-vous dévellopper ?

 

Voici donc les 5 qualités mentales (illustrées de commentaires que certains lecteurs ont pris le temps de laisser lors de mon précédent sondage) que vous devez dévelloper et travailler pour vous améliorer au poker. Cet article vous aidera à ne pas perdre le nord dans votre progression en tant que joueur de poker.

 

1 – L’AUTODISCIPLINE :

« J’ai du mal a ne pas gambler c’est à dire a respecter les règles basique de la bankroll »

« J’ai du mal a jeter la main miraculeuse qui arrive ( AA ou KK ou QQ) alors que je viens de gagner deux pots d affiler et que je sais pertinament que cette main va me faire perdre »

« Faiblesse psychologique »

« Un manque total de discipline »

« Self control »

« Envie de gagner trop vite »

« Gros problèmes d’ego »

2 – LA CONCENTRATION :

« Je rencontre actuellement des soucis sur les facteurs d’agressivité et de concentration. »

« Le manque de concentration »

« Réaliser trop tard que je suis déconcentré, me reconcentrer artificiellement pendant 1minutes, puis me re-déconcentrer un quart d’heure. répéter l’opération. »

« L’endurance (=savoir rester concentré à 100% pendant de longues périodes) »

« Maintenir une bonne concentration tout le long de la session. »

3 – LA PATIENCE :

« Le manque de patience on line : beaucoup de main passe et je suis tenté de les jouer même avec rien… »

« Le manque de patience et de rigueur, et le fait que ça soit hyper chronophage (surtout quand tu fais un call stupide qui te fait perdre la dernière heure de grind) »

« La variance »

4 – L’ORGANISATION :

« Manque de temps »

« Le temps , je ne dispose pas assez de temps pour m’entrainer souvent »

« Je ne suis totalement désorienté par le flux massif d’information que j’enregistre ce qui fait que je retiens que des fragments »

« Mon travail m’empêche de jouer en masse »

« Travailler moins et jouer un peu plus car pas assez de temps libre »

5 – LA GESTION DU STRESS :

« Scared money »

« Peur de perdre ce qu’on a mis un certain temps à gagner »

« Les bad beat et la variance… »

 

Vous retrouverez probablement certains de vos problèmes à l’intérieur de ces témoignages.

Comme je l’ai expliqué et prouvé dans quelques uns de mes articles le principal problème des joueurs de poker est le mental. C’est un constat général, et c’est aussi une expérience personnelle.